D'Hier à la Révolution

Sur les traces de l'histoire de Grand Fougeray

 
 
 

Epoque romaine :
Grand-Fougeray est cité au Moyen-âge sous le nom de FULKERIACUM. La voie romaine NANTES (Portus Namnétum) - RENNES (Condate) passait à Port de Roche.

 

En 578 :
Childéric, roi des Francs et petit-fils de Clovis est battu par Warok, chef des Bretons, sur les rives de la Vilaine aux limites de Langon, Sainte-Anne et Messac.  Ce dernier fixe les frontières politiques et militaires de la Bretagne sur la Vilaine et l’Oust. Elles dureront 2 siècles environ.

 
 
 
 
 
 
 
 
 


Le Cartuaire de Redon évoque en cette même année 851 « une cité qui s’appelle FULKERIAC sur la rivière Chère ». il s’agirait, selon nos historiens, de la première citation écrite connue.

 
 
 
 
 
 

En 864 et 869
Les Normands (VIKINGS) ravagent FULKERIAC. Ils règnent sur la Bretagne et la Normandie entre 911 et 936 provoquant la fuite des personnalités civiles et religieuses bretonnes en France, en Bourgogne et en Aquitaine.


En 936
Défaite des Normands et reprise de luttes incessantes en Bretagne entre le XIème et le XIIème siècle, période pendant laquelle la féodalité s’installe à FELGERIAC (nom de Grand-Fougeray au XIIème siècle) et régit avec les autorités religieuses la vie économique et sociale du pays.
 

 
 
 
 
 
 
Prise du château par du Guesclin
  
 
 
 
 
 

1789
« le système monarchique avec son système de privilèges, encore teinté de caractères féodaux dans les campagnes, vacille.
…les Fulkériens laissèrent les notables rédiger un cahier de doléances. Ils adoptèrent ensuite facilement la nouvelle organisation municipale qui se mit en place dans une certaine continuité par rapport à l’ancestral Général de Paroisse ».
Suite à la création des communes le 12 novembre 1789, le premier registre de délibération de la municipalité de FOULGERAY commence le 27 décembre 1789.


1790
Election du premier maire en février. Le 9 avril 1790 par « lettre du roi Louis » FOULGERAY devient chef-lieu de canton, situation qui perdure encore aujourd’hui.
 

 

 
 
 
 


En 851 :
A la mort de Nominoë, chef des Bretons, Charles le Chauve, roi des Francs, met son armée en mouvements contre Erispoë, fils de Nominoë.
« Après 3 jours de bataille dans le village de Ieniglia (Jangland) en FULKERIAC, l’armée franque est écrasée et son chef fuit les champs de bataille en abandonnant pavillons, tentes et tout le vestiaire royal ».
Une stèle commémore cette bataille dans le hameau de Jangland.
Lors du traité d’Angers qui fait suite à cette bataille, le roi des Francs abandonne aux Bretons les comtés de Rennes, de Nantes, de Retz et d’Herbauge fixant ainsi les nouvelles limites de la Bretagne.
GRAND-FOUGERAY qui faisait partie du comté de Nantes fut ainsi colonisé par les Bretons.  

 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 


A partir de 1341
La petite cité et son château subissent les conséquences du problème de succession sur le trône ducal de Bretagne qui passait d’un parti à l’autre favorable ou non au roi de France déjà en conflit avec les Anglais.
L’épisode du connétable Duguesclin boutant les anglais hors du château de Grand Fougeray se situe à cette période.
Les nombreux combats qui eurent lieu en Haute Bretagne au cours de la 2ème moitié du XVème siècle s’achevèrent par le mariage forcé entre Anne de Bretagne et Charles VIII roi de France en décembre 1491.
Toutes ces guerres des XIV et XVème siècle avaient brisé l’essor de FOUGERE (nom de Fougeray au XVème siècle) qui bénéficia dès lors d’une réputation de paroisse pauvre.
Sa situation n’évolua que modestement pendant 300 ans.

   
 
 
 


.plantation de larbre de la liberté sur la place de l'église de Fougeray

 TOUTES LES PHOTOS ONT ETE EXTRAITES DES LIVRES REDIGES PAR JACQUES ET JEAN-JACQUES BLAIN